tabula rasa

- le tremblement de terre a eu raison de la ville

- non c'est la dispersion qui a eu raison de la ville et tous ceux qui sont arrivés après et s'en sont emparés et l'ont achevée 

- a-t-on tort de partir quand on n'a plus de raison de rester? 

- a-t-on des raisons de rester quand on aurait tort de ne pas partir? 

 

- c'est une question de sécurité on ne peut pas vivre dans un tel chantier urbain

- c'est une question de survie on ne veut pas mourir dans un charnier humain

- ceux qui le pouvaient ont fui la ville de trouille d'y rester

- ils se sont sauvés par débrouille pour subsister

 

- devant l'ampleur des dégâts on ne pouvait plus les laisser rentrer

- quand ils ont voulu revenir ils ont été empêchés par l'état d’urgence décrétés 

- nous avons sécurisé la zone le temps de la reconstruction

- non ils ont été chassés par les chacals les vandales et les scandales

 

- les accès sont limités le temps des travaux

- non tout a été saccagé minutieusement pillé et ceux qui sont partis ont laissé derrière eux la ville agenouillée

- ils se sont auto-organisés et nous ne les avons pas comptabilisés

- non ils ont tenté de contenir de saisir d’accepter d’installer leur destin plus loin

 

- où sont-ils exactement ?

- éparpillés aux quatre coins du continent réfugiés dans une ville imaginaire qui s’appelle Tabula Rasa

Ecouter ici ou jamais sur soundcloud

 

Les derniers cris

  

Ronds poings

 

 

 

 

 

Journal d'Istanbul

 

 

 

 

 

Piraterie

 

 

 

 

Icônes 

 

 

Maison du Partage

 

 

 

 

 

arythmie