La performance

Elle tire trois cartes. L'impératrice. L'Amoureux. La Papesse. Elle est excitée comme jamais. On sent, par ses sourires, ses postures, tout son être, qu'elle n'est concentrée que sur son image. Que penseront les autres de moi si je leur montre ce profil plutôt que l'autre? La représentation, le regard de l'assemblée, prend le contrôle de ses mouvements. Elle n'est plus: elle pose. 


Elle a tiré trois cartes, mais ça n'a pas de sens pour elle. Pour lui si. Il sait. L'impératrice. L'Amoureux. La Papesse. 

 

Pendant ce temps, il l'observe, la scrute, la scanne. Qui sait ce qui se passe dans sa tête, pour qu'il arrive en quelques secondes à lui dire: "Tu as tué ta soeur, c'est très bien comme ça. Tu ne dois pas culpabiliser."

 

Elle se transforme en un millième de secondes, elle mute à l'instant où elle entend "tu as tué ta soeur", son masque tombe et son visage apparait, blême et grave. 

 

"Comment vous savez, dit-elle, que ma soeur est morte?" Puis elle éclate en sanglots. 

 

Il dit: "Je ne sais rien, mais moi aussi j'ai tué ma soeur, et ce n'est pas grave."


... 

 

Elle se précipite, déterminée. Moi, je veux. Elle est si proche de moi que je peux sentir ses effluves de transpiration. Elle est seule, seule au milieu d'une foule qui soudain la harponne. Rien à foutre. Je veux. Elle ne voit que lui. Comme si son regard n'avait qu'un seul objectif, une unique cible. On lui amène le jeu de cartes, elle en tire trois. Rapidement, instinctivement, sans réfléchir. L'Empereur. Le Soleil. Le Diable. Elle me fait penser à un animal, un animal qui chasse. Elle chasse une réponse. Car sa question la fait crever de faim. Elle n'a pas le choix. Il lui faut cette réponse. 

 

L'Empereur. Le Soleil. Le Diable. Il regarde les trois cartes et sourit. Il dit: "Que se passe-t-il avec ton frère?" Je la vois tenter de s'extirper, je la sens engluée, clouée. Elle dit: "Rien, pourquoi?" Il continue: "Ta mère est amoureuse de ton frère. Toi il te faut trouver ta place, entre ta mère et ton frère." Je vois ses joues devenir rouges, comme si elle mastiquait un piment. 

 

Il n'en démord pas: il se passe quelque chose d'étrange avec le frère. Soudain, elle craque et dit: "Ce qui se passe c'est que mon frère, au départ, c'était ma soeur en fait."

 

...

 

"Renato, ça veut dire René, tu es re-né, né à nouveau. Qui portait ce nom dans ta famille? Qui remplaces-tu dans ta famille? Qui fais tu renaître?" Il réfléchit et dit: "Mon grand-père." Il luit dit: "Le père de ta mère ! Tu dois absolument fuir ta mère, car elle ne te considère pas comme toi même, son fils, mais elle te prend pour son propre père, car elle aime tellement son père qu'elle voudrait que tu le remplaces."

 

Il dit: "Je suis parti de mon pays pour cela. Pour mettre des distances avec ma mère."


 Il a tiré l'Hermite.

 

Il lui dit: "Il faut te choisir un prénom. Un nouveau prénom qui te représente toi."

 

Il réfléchit et dit: "J'aimerais m'appeler Otro." 


"Otro ? Autre ! très bien, maintenant tu es Autre. Mesdames et messieurs, applaudissez Autre !"

 

...


Ecouter ici ou jamais sur soundcloud

 

Les derniers cris

  

Ronds poings

 

 

 

 

 

Journal d'Istanbul

 

 

 

 

 

Piraterie

 

 

 

 

Icônes 

 

 

Maison du Partage

 

 

 

 

 

arythmie