Maison du Partage

J’irai toquer aux portes des maisons de demain, demander le gîte et le couvert, pour la nuit. Un vagabond en moi me suppliera de repartir au petit matin, de continuer à marcher, de ne pas trop m’arrêter en chemin. De ne jamais plus vouloir rester nulle part. Je l'écouterai, parce que nous aurons fait le deuil du chez soi. Parce que nous ne tomberons plus jamais amoureux d’une maison en pierre, figée quelque part. Parce que nous serons enfin moi. Et nous ne souffrirons plus d’être en dehors de là où l’on veut être, ni d’être accueilli là où l’on avait pas prévu d’aller. Nous ne souffrirons plus parce que nous saurons que le chemin est long, et que la route, comme le doute, la marche, le mouvement, le voyage, la liberté, l'intranquilité sont notre unique maison. 

 

                                                                                                             >>

Ecouter ici ou jamais sur soundcloud

 

Les derniers cris

  

Ronds poings

 

 

 

 

 

Journal d'Istanbul

 

 

 

 

 

Piraterie

 

 

 

 

Icônes 

 

 

Maison du Partage

 

 

 

 

 

arythmie