Maison du Partage

Je contemple ma halte au lever du soleil : un jardin s’éveille, un champs avec des souches mortes, des arbres à terre, ouvrant des fenêtres sur la campagne endolorie, une basilique sur fond de champs très verts, des cabanes se dressent entre les sinuosités d’un ruisseau, des pissenlits font éclore partout des tâches jaunes, des artichauts poussent religieusement, un bruit de tronçonneuse énerve au loin, un poulailler avec une petite échelle en bois, des totems dans les troncs, des petits mots sont accrochés aux branches et dansent dans le vent, comme des feuilles prêtes à se décrocher, des arbres nus, encore debout, attendent de retrouver leur superbe, la fumée du feu agonise dans une gueule de bois bucolique, un éveil pastoral, un corps de paysage courbaturé par le froid et l’hiver qui éternuent une dernière fois dans une pluie de giboulées. 

 

Apprendre à être là, seule comme avec un fantôme, et se taire entre deux taupinières. 

 

                                                                                                             >>

Ecouter ici ou jamais sur soundcloud

 

Les derniers cris

  

Ronds poings

 

 

 

 

 

Journal d'Istanbul

 

 

 

 

 

Piraterie

 

 

 

 

Icônes 

 

 

Maison du Partage

 

 

 

 

 

arythmie