Maison du Partage

Il faut en tordre des serpillères de larmes, il faut en laver des galeries souillées, avant de retrouver sa propre maison, et de s’y sentir chez soi. J’ai trop longtemps cherché un asile à mes douleurs, un toit pour mes langueurs, une grange pour entreposer mes troubles. Les chemins ne m’ont pas délestée de mes poids morts. Mon âme est toujours trop lourde à porter. J’ai tenté de l’abandonner en route, mais elle m’a rattrapée à chaque fois. Ensemble. Mais séparées. Elle et moi. L’autre chez moi. Quelque chose et moi. Mais quoi ?  

 

                                                                                                           >>

Ecouter ici ou jamais sur soundcloud

 

Les derniers cris

  

Ronds poings

 

 

 

 

 

Journal d'Istanbul

 

 

 

 

 

Piraterie

 

 

 

 

Icônes 

 

 

Maison du Partage

 

 

 

 

 

arythmie