Maison du Partage

Aux pieds de la déesse de bois d’orient qui accueille les désespérés et les printemps depuis presque mille ans, je me suis inclinée. Ma peau était comme la sienne, je la reconnus: une peau d’écorce noire et dure, et j’entrevis le trésor gardé au temple du cœur de pierre, les fragiles fêlures de l’âme entre les piliers du souffle divin. La lumière nous transperçait de part en part. Et en cachette, ensemble, nous avons pleuré. Il restait de l’eau dans les veines du bois. Il restait de la tristesse dans les blocs de pierre.  

 

                                                                                                           >>

Ecouter ici ou jamais sur soundcloud

 

Les derniers cris

  

Ronds poings

 

 

 

 

 

Journal d'Istanbul

 

 

 

 

 

Piraterie

 

 

 

 

Icônes 

 

 

Maison du Partage

 

 

 

 

 

arythmie