Maison du Partage

Aujourd’hui, nous fêtons le printemps. Nous célébrons la résurrection. Je bois à la mienne, en ruminant ma mort. Elle lit et je trouve son regard doux et rassurant. J’aimerais être les mots qu’elle dit, prendre forme de ses yeux à sa bouche, être prononcée, puis m’envoler, tournoyer au-dessus du feu et m’évaporer au creux des oreilles. Mais je suis morte dans mon coeur et dans mon corps. Plus aucun mot ne me traverse, plus aucun mot ne s’arrête en moi, à part le mot : mort, mort, mort. 

  

                                                                                                             >>

Ecouter ici ou jamais sur soundcloud

 

Les derniers cris

  

Ronds poings

 

 

 

 

 

Journal d'Istanbul

 

 

 

 

 

Piraterie

 

 

 

 

Icônes 

 

 

Maison du Partage

 

 

 

 

 

arythmie