Ego

Et dire qu'on a fait tout ça juste par amour d'une maison

qui n'existe plus,

dans l'inconscience totale du déménagement de l'égo,

et que depuis on ne fait que tenter d'habiter le souvenir de ces pièces vides. 

 

Il faut être un vrai démuni, un sans abri,

pour ne même plus voir la porte qui mène à soi

et qui attend d'être entr'ouverte sur une autre vie,

réalité parallèle plus vraie que la fausse dans laquelle nous errons enfermé. 

 

Pourquoi se fait-on toujours spolier, dépecer?

 

Parce que justement nous ne possédons rien et ne prétendons rien posséder si ce n'est le désintérêt de la possession.

 

Assumons, donc, de construire patiemment et de tout brûler

dans l'orgie libératrice du travail qui part en fumée. 

 

Notre seul effort sera d'écrire, écrire dans le vent les questions que posent à ce jeune siècle ces possédés d'un autre temps, vautrés dans leur égo de démesure. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecouter ici ou jamais sur soundcloud

 

Les derniers cris

  

Ronds poings

 

 

 

 

 

Journal d'Istanbul

 

 

 

 

 

Piraterie

 

 

 

 

Icônes 

 

 

Maison du Partage

 

 

 

 

 

arythmie