Journal d'Ethiopie

Dimanche 22 octobre - retour à Addis 

 

16h27 - De retour à Addis, un chauffeur de l’Ambassade nous dépose à l’Hôtel Haikan. Dans le hall, nous entendons de la musique très forte qui vient du restaurant de l’hôtel. Pendant qu’Alan part faire une sieste, je décide de m’approcher de la source musicale. Je reconnais des sonorités proches du tezeta, une musique Ethiopienne que j’écoute depuis de nombreuses années. Un groupe joue en live, pour un mariage. Je me poste au niveau d’un des piliers de la salle et observe les danseurs/ les danseuses qui tournent tout autour des mariés sur des rythmes saturés. Les femmes sont en habits traditionnels, avec voiles et bijoux tombant sur leurs fronts. Je les trouve sublimes et ne peux m’empêcher de les observer et de les photographier. Elles semblent apprécier.

 

 

Assez rapidement, elles m’invitent à les rejoindre. Les femmes dansent avec un mouvement saccadé des épaules et du cou, faisant flotter vigoureusement leurs voiles et leurs cheveux tout autour d’elles. Les mains le long du corps, elles tiennent leur robe et soulèvent légèrement le tissu. Les hommes ont des mouvements similaires, appuyant le rythme dans leurs cuisses, avec les mains en l’air. Me voilà au milieu d’une ronde de danse, où chaque personne me sourit et semble heureux de ma présence et de mon dandinement maladroit.

 

Au bout d’un moment, les femmes prennent une fleur et l’agitent dans l’air en direction des mariés, toujours au centre des danseurs. Une femme tient un parapluie de dentelles blanche au-dessus de la mariée emprisonnée dans sa robe de conte de fée. Nous dansons longuement, puis quelqu’un vient m’offrir un café. Alan me rejoint, au milieu des convives, tandis qu’un homme vient m’apporter une petite carte de remerciement, avec les noms et la photo des mariés. Je trouve l’attention plus que délicate. Le petit papier devient une sorte de graal. La salle se vide rapidement. C’est la fin de la cérémonie. Le moment m’a enchantée. 

 

 

 

Dimanche 22 octobre - nuit

 

 

 

 

Ecouter ici ou jamais sur soundcloud

 

Les derniers cris

  

Ronds poings

 

 

 

 

 

Journal d'Istanbul

 

 

 

 

 

Piraterie

 

 

 

 

Icônes 

 

 

Maison du Partage

 

 

 

 

 

arythmie