Le compte à rebours

 

Admettons qu'après les blessés, il y aient des morts, et qu'après les morts, il y aient encore des morts, et encore des morts. Admettons que ce gouvernement préfère lâcher des primes et des augmentations de salaires aux policiers et aux CRS, qu'il préfère augmenter les commandes d'armes et de munitions anti-émeute, pourvu que soient préservés ses intérêts, plutôt que revenir même symboliquement sur le sens de sa politique. Admettons que ces gens qui nous gouvernent réussissent à nous insulter, à nous humilier, inlassablement, semaine après semaine, jusqu'en 2022. Admettons qu'il n'y ait aucune dissolution, aucun référendum, aucun recul, aucune concession, aucun changement de cap. 

 

Croient-ils qu'aux prochaines élections, nous ne voterions pas massivement pour le premier parti ou mouvement politique qui promettrait de les pourchasser, de les harceler, de les arrêter, de les juger, de les condamner, de leur faire payer chacun de leurs actes, chacun de leurs mensonges ? Il faut savoir que tous ces arrogants qui portent haut et mentent aujourd'hui éhontément sont en sursis. Que leurs jours heureux sont comptés. Que leur dégringolade est inévitable. Que, quoi qu'il arrive, leur chute est déjà programmée dans le calendrier électoral. Le compte à rebours a commencé. 

 

***

  

Retour aux Ronds-Poings

 

 

Ecouter ici ou jamais sur soundcloud

 

Les derniers cris

  

Ronds poings

 

 

 

 

 

Journal d'Istanbul

 

 

 

 

 

Piraterie

 

 

 

 

Icônes 

 

 

Maison du Partage

 

 

 

 

 

arythmie