RONDS POINGS

 

 

Ca a commencé le 7 novembre, juste en bas de chez moi, deux bonnes semaines avant la première manifestation d'ampleur du 17 novembre 2018. Ce jour-là, j'ai été contrôlée quatre fois par les deux mêmes flics, en traversant la Place Ducale comme je le fais presque chaque jour, pour aller faire mes courses à la supérette du coin. A chaque angle de rue, depuis les quais de la Meuse jusqu'à Mézières, étaient positionnés des CRS casqués, des policiers en armes. Tout le quartier était bouclé, en alerte maximale. Plus aucune voiture, depuis la veille au soir, n'avait le droit de circuler. La ville était en état de siège, pour la visite du Président de la République qui faisait étape chez nous, à Charleville, pour son "itinérance mémorielle". 

 

... la suite ici: Charleville-Misère

 

 

 

***

 

Dès les premières minutes de sa diffusion, je vis la vidéo sur mon fil d'actualité, où je pouvais reconnaître Baptiste, un ancien camarade d'école et de beuverie, invectiver directement le président, sur la place de l'Hôtel de Ville de Mézières. Je fus forcément surprise et je ne pus m'empêcher de sourire, en pensant à la baraque à frittes qui se trouve juste en face, une friterie absolument dégueulasse, bien connue des noctambules de Charleville car elle reste ouverte la nuit et elle empeste tout le quartier de son huile cuite et recuite. Quel décalage ! Quel supplice pour l'ancien trader de la banque Rotschild, être malmené là comme ça, par un pauvre prolo qui pue la fritte ! Ca fait désordre...  

 

... la suite ici : Harpies de province

 

 

 

***

  

Monsieur le Président de la République,

 

en tant qu'habitante de Charleville-Mézières, cette ville de province que vous avez tout récemment visitée et avec laquelle vous avez noué des liens forts inattendus suite à des échanges sincères avec la population, je me permets de vous soumettre, en toute amitié et bienveillance, une offre très sérieuse : 

 

... la suite ici: Offre d'emploi  

 

 

 

 

***

  

"Français, Françaises, mes chers compatriotes,

 

vous avez raison. Vos aspirations sont justes, elles sont dignes de l'histoire de France, je n'ai pas le droit de les ignorer.

 

 

... la suite ici: Déconne-pas Manu  

 

 

***

 

 

Après quelques semaines de manifestations, dont l'ampleur et l'intensité ne trouvent nulle part dans l'histoire récente d'équivalent, voilà que la roture dorée n'a plus que son mépris à opposer à la canaille jaune fluo.

 

 

... la suite ici: Canaille jaune fluo

 

***

 

 

 

***

 

Quelques théories étymologico-subliminales du drame en plusieurs actes :

 

Pourquoi le gilet jaune est un Polichinelle du 21ème siècle ? 

 

Pourquoi s'attaquer à l'Arc de Triomphe ? 

 

Pourquoi vouloir à tous prix défiler sur les Champs Elysées ? 

 

Pourquoi occuper des ronds-points ?  

 

Acte 1, acte 2, acte 3, acte 4, acte 5 et bientôt acte 6, 7, 8, 9, 10... 

 

... les réponses ici: étymologico-subliminal 

 

 

***

 

 

***

 

La violence s'étale sur mon fil d'actualité et peu à peu j'habitue mes yeux à l'inacceptable :

 

... la suite ici: aveu de faiblesse

  

 

***

 

 

***

 

Je crois en la sagesse populaire, en l'intelligence manuelle, aux savoirs-faire artisanaux et à l'expérience ouvrière. Je me fie au génie créatif de la débrouille, à l'inventivité de la survie, aux fulgurances in extremis, à la résilience des cas désespérés, et à la force des faibles. 

 

... la suite ici: Je ne veux plus payer pour toi. 

 

***

  

 

***

 

Quand j'étais enfant, mon père disait : "Un jour, l'essence sera à 12 francs le litre et là, ce sera la guerre."

 

... la suite : le politologue 

 

***

 

Ce qui m'atterre encore plus, au-delà de toutes les raisons objectives et légitimes qui poussent les gens à se révolter, ou à soutenir cette révolte, c'est de constater que dans mon domaine, la culture, plus précisément dans le spectacle vivant, personne ne bouge.

 

... la suite: où sont les artistes ? 

 

***

 

 

***

 

A la veille de l'acte 9, après avoir joué d'indifférence, de mépris, de menaces, de vagues concessions, de promesses floues, d'enfumage, de barbouillage, de répression massive, de désinformation, de censure et de mensonges, le pouvoir aux abois en vient maintenant à puiser dans les bonnes vieilles recettes fascistes : la stigmatisation ethnique, l'autoritarisme sourd et aveugle, la violence systématique. Preuve que le libéralisme radical se contre fout des valeurs républicaines assénées à coups de matraque, au nom desquelles il tente encore de justifier la sauvagerie de ses méthodes de maintien de l'ordre. 

 

 

... la suite : la gitanisation des débats 

 

***

 

Admettons que les trois prochaines années de ce mandat ne tiennent qu'à l'usage démesuré de la violence policière, au maintien de l'ordre et à la répression.

 

... la suite: le compte à rebours

 

 

***

 

 

L'écoeurement face au broyage méticuleux de l'élan fluo me force à interrompre tout commentaire, tout suivi, et toute prise au sérieux de cette mascarade. 

 

Les seuls mots qui vaillent : courage camarades ! 

 

La résistance ne cesse pas, invisible, silencieuse, insoupçonnable, insaisissable, elle veille et attend son heure. 

Ecouter ici ou jamais sur soundcloud

 

Les derniers cris

  

Ronds poings

 

 

 

 

 

Journal d'Istanbul

 

 

 

 

 

Piraterie

 

 

 

 

Icônes 

 

 

Maison du Partage

 

 

 

 

 

arythmie