Piraterie

 

Manifeste de la Piraterie

 

Nous, peuple pirate, ne t'en voulons pas, ô roi de la république libérale mondiale, pour ta fraternité avec la violence légale, pour ta liberté de restreindre les nôtres, pour tes principes d'égalité à géométrie variable. Nous n'en voulons ni à ta tête - président, directeur, général - ni même à tes pions ou à tes cavaliers d'essayer à tours de bras de maintenir l'ordre établi, de protéger tes intérêts, de sauver ta reine, ton immunité et ton état de droit. Chacun joue le rôle qu'il a sagement a appris et prend sa part dans ta dynastie.

 

Plutôt, nous te disons adieu et merci. 

 

Merci de nous avoir tant dépouillé qu'il ne nous est resté rien d'autre que nos yeux pour pleurer. Une fois nos larmes séchées, nous avons enfin vu clair dans ton jeu truqué. Fair-play, nous te laissons gagner. Tu peux garder la monnaie ! et prendre ce qu'il nous reste encore de dignité. Nous vidons l'eau du bain avec le bébé. Sans regret. Depuis trop longtemps déjà, nous vivons à crédit pour payer ta couronne en or, et n'avons même plus assez de dents à serrer - acérées - pour nourrir nos enfants et mordre la poussière. 

 

Sur ta table bancale, tu veux continuer à jouer aux échecs avec nos vies. Joker ! On préfère s'échapper du damier. Continue à tricher légalement et à nous désigner comme les pirates qui ne respectent pas les règles du jeu. Nous en faisons notre nouvelle identité. Nous acceptons d'être les parias officiels qui menacent ton pacte de stabilité et tes traités biaisés. Nous saisissons cette chance que tu nous offres de fonder une patrie à nous, sous la table. A la manière d'une plante parasite, nous allons nous nourrir de ton rejet. Archipel sous marin, vermine invisible, microscopique, la Piraterie va pulluler et gratter tout ce qu'elle peut sous ton grand échiquier. 

 

Voici comment elle va peu à peu te contaminer : 

 

L'argent sera aboli, plus rien ne pourra se vendre ou s'acheter. Tout appartiendra désormais à la communauté pirate. Les biens - comme leur nom l'indique - circuleront uniquement pour être donnés, de la main à la main. En mettant les marchandises en libre service, voler ou magouiller n'aura plus aucun intérêt. 

 

Les pirates aspirent à ne plus rien posséder d'autre qu'eux mêmes : ils pourront choisir leur identité - nom, prénom, sexe, âge, ethnie, croyances. Ils pourront inventer leurs propres standards de beauté, ne plus suivre aucune mode, et ainsi n'imposer ou se voir imposer aucun code. Ils voyageront libres, nomades sur une terre partagée, où tout leur sera prêté. Ils rendront volontiers ce qu'ils ont reçu, acquis, ou appris, car ils n'auront pas la possibilité de stocker ni de voyager chargés. Il n'y aura plus la place pour accumuler quoi que ce soit. 

 

Les pirates n'auront pas besoin de croissance, ils n'auront pas non plus de richesses ni de dettes, car ils se nourriront d'un crédit d’amour illimité pour la nature et le vivant, qui seront les seuls investissements autorisés à fructifier. Leur unique priorité sera de cultiver l'essentiel, le temps d'une saison: semer, laisser pousser, récolter. Une partie pour nourrir, l'autre pour ressemer, avant de s'en aller plus loin. L'intelligence ne vaudra que pour interagir au mieux avec la nature, et pour garantir son renouvellement cyclique. Tout acte de d'exploitation, de destruction ou d'altération d'un espace ou d'une espèce sera banni. La réparation sera la seule option de condamnation et de repentance possible en Piraterie.

 

Les pirates auront ainsi tout loisir d'apprendre à faire des pirouettes, des dessins, des acrobaties ou des bohémienneries. Le seul domaine où ils se mettront en compétition les uns les autres, ce sera pour aimer, pour rire ou faire rire. Les inventions, les innovations, les découvertes seront collectives. Ne s'appliquera, de toute façon, que ce qui n'est pas toxique, que ce qui est bon pour tout le monde. Les savoirs seront en accès libres dans le seul but d'être dépassés ou complétés. Aucune connaissance n'aura valeur d'évangile ou de vérité figée. Le temps sera tel qu'il est vraiment, relatif, et on aura donc le devoir de le gâcher, de l'étirer ou de le perdre, surtout si c'est pour contempler et s'émerveiller. L'histoire sera enfin reconnue comme multiple et aucune version ne pourra plus être officielle. L'espace sera communautaire de fait car celui qui tenterait de se l'accaparer en sera immédiatement chassé. 

 

Les pirates ne chercheront ni la reconnaissance, ni le pouvoir. Ils seront tous déclarés à l'état civil à la fois comme frères, soeurs, parents et enfants de tous les autres pirates. Et bien qu'ils pourront revendiquer le droit à une part de solitude, ils se devront une entraide mutuelle inconditionnelle. Les distinctions visant à établir des supériorités ou infériorités seront définitivement abolies, car nulles et non avenues. Le recours à la violence, ou toute tentative d'utilisation de la force, entrainera la déchéance du statut de pirate. Banni de la Piraterie, le déchu n'aura plus accès aux échanges et aux biens communs. Obligé de se débrouiller sans l'aide des autres pirates, dont dépend sa survie, il se condamnera lui même à souffrir ou à mourir. Les armes n'auront plus aucune utilité en Piraterie.  

 

Le consentement à ces règles, sans privilège ni exception, sera une condition au bien-être vital de chacun, lié à celui de tous les autres. 

 

Dans l'attente d'instaurer notre Piraterie, nous nous moquons bien de tes calculettes en or, car nous construisons un bonheur gratuit qui s'évaporera dès lors que tu tenteras de l'acheter - lâcheté. A vouloir t'accaparer quelqu'un ou quelque chose, tu seras contaminé - compte à miner. Et nous, les pirates, rendrons plus fort le désir de vivre bien tous ensemble, que l'envie de se concurrencer.

 

Quand tu te seras enfermé tout seul dans ta cage dorée, pensant nous exclure du jeu, nous ferons en sorte que ne puisses plus jamais sortir. Et nous réinstallerons la liberté partout où tu n'auras plus le droit d'entrer. Pendant que tes derniers idéaux crèvent, nous fuguons gaiement vers nos rêves. Et ce que tu nommes encore d'un ton cynique "utopie", c'est un rhizome bien étoffé qu'il est déjà impossible d'éradiquer. La civilisation à laquelle tu t'accroches est une branche morte sur laquelle tu pèses de tout ton poids et qui va bientôt céder. Tu n'auras que deux choix: lâcher pour survivre en Piraterie ou bien tomber et mourir avec elle. Nous contemplons déjà la beauté du monde qui viendra après celui que t'efforces de détruire. 

 

Nous te disons adieu et merci. 

 

En attendant ta chute, tu crois encore dur comme fer nous dominer, nous ficher, nous contrôler, être en sécurité, et pouvoir monétiser nos vies et nos données. Mais nos réflexes de survie ne sont plus compris par tes calculs, ils sont impossibles à traduire en algorithmes et en statistiques. Ton développement durable n'a aucune emprise - tes projets, tes programmes, tes progrès sont dépassés - ton historique sera effacé en un clic. Ta puissance disparaîtra en une étincelle, d'un simple court-jus électrique. Nous nous employons dores et déjà à infiltrer scrupuleusement tes moindres interstices, à nous engouffrer dans chacune de tes failles et à occuper le domaine de l'impossible. On fête déjà ta défaite. 

 

Nous, peuple pirate, optons absolument pour l’imposture, l'arnaque, la déviance, la folie, et tout ce que tu nous as interdit. Notre kiff, c'est de te pousser à bout de nerf, à coups de pieds de nez. Les jeux sont faits ! Car nous sommes nombreux là où tu es tout seul, nous sommes plus habitués que toi à l'inconfort et au danger, nous savons faire par nous mêmes ce que tu as seulement appris à faire faire aux autres. Nous libèrerons la liberté, sourds à tes injonctions, tes sommations sans effets, récidivistes irrésolus et obstinés devant tes canons, sans plus aucun soldat pour les recharger. Plus vite que tu n'imagines, nous te lancerons : 

"Echec et mat ! Le roi est mort !"

 

Nous jurons d'infester tout ton système de notre anomalie et de t'abandonner en ton enfer. La Piraterie finira par rendre au monde son paradis. 

 

 

 

 

 

 

Pour l'avènement

d'une Piraterie*

 

 

Article zéro - Fondement

Etre certain de n'avoir aucune certitude.

 

 

Article 1er - Pouvoir

Montrer ses faiblesses est

la plus grande des forces

et le seul vrai pouvoir.

 

 

Article 2 - Frontière

Comme principale limite,

ne se donner aucune restriction. 

 

 

Article 3 - Histoire

Savoir à l'avance qu'il va se passer

ce qu'on n'a surtout pas prévu.  

 

 

Article 4 - Géographie

N'occuper que le terrain du mouvement.

 

 

Article 5 - Défense

S'armer d'amour.

 

 

 Article 6 - Economie

N'épargner aucune dépense d'énergie

si elle est renouvelable.

 

Article 6bis - Ressource

Encaisser le mépris, la jalousie, la calomnie

et l'argent liquide sur le même compte courant, 

puis laisser couler.

 

Article 6ter - Trésor

Valoriser le rejet, le déni et les pertes sèches

en retours sur investissements

et bons au trésor.

 

  

Article 8 - Identité

Se créer tel que l'on se rêve, en mieux,

devenir précisément ce qu'on nous a interdit d'être.

 

 

Article 9 - Culture

Instaurer l'état de fête

à la place des états de fait. 

 

 

 Article 10 - Insertion

Rentrer dedans ou s'en sortir

avec panache.

 

 

Article 11 - Diplomatie

Distinguer les compliments des remerciements.  

 

 

Article 12 - Partenariats

Ne pas être dupe de la duplicité.

 

 

Article 13 - Echanges

Apprendre à se pardonner,

à prendre sa part donnée.

 

 

Article 14 - Propriété

Ne posséder que pour offrir.

 

 

Article 15 - Enseignement

Savoir qu'on est des ignorants sur-doués.

 

 

Article 16 - Religion

 

Se moquer de tous les dieux

mâles stériles et frustrés.

 

 

Article 17 - Droit

Déjouer l'interdit et s'autoriser l'impossible.

 

 

Article 18 - Devoir

Douter obligatoirement en toute confiance.

 

 

Article 19 - Transport

Suivre le sens du courant

 

 

Article 20 - Innovation

S'aventurer dans ses peurs.

 

 

Article 21 - Quotidien

Déballer l'instant présent

comme un cadeau permanent. 

 

   

Article 22 - Perspective

Vivre, à en mourir.

 

 

 

 

 

 

* matriarcale... la Piraterie

(sinon ça n'a aucun sens et ça ne sert à rien) 

 

L'existence réelle d'une Piraterie est conditionnée à l'instauration d'un matriarcat absolu, qui est l'unique chance de survie possible de l'humanité face à la destruction de la nature opérée par l'Homme depuis 10 siècles.

 

L'entreprise meurtrière perpétrée contre les femmes a ouvert la voie à une exploitation sans limite de la nature pour les seuls besoins de l'Homme. Cette psychopathie masculine érigée en modèle de civilisation aboutit à une extinction de masse et à un empoisonnement des ressources naturelles qui menace aujourd'hui l'ensemble du vivant sur terre.

 

Le patriarcat s'est rendu coupable d'un crime contre l'humanité sans précédent dans l'histoire de notre espèce et nie l'évidence des preuves irréfutables de ses méfaits. 

 

Il appartient aux femmes, dominées universelles de l'humanité, de rétablir les équilibres naturels, dont elles portent seules la conscience. 

 

La terre est une mère célibataire, délaissée par des milliards de fils ingrats. Le temps est venu pour tous ces enfants gâtés de devenir d'humbles humains et pour les femmes à l'humanité historiquement bafouée d'être enfin reconnues comme des divinités. 

 

La sagesse de l'humanité adulte ne pourra se déployer qu'avec l'éveil des femmes faisant face aux hommes immatures. 

 

L'empire d'amour qu'elles seules construiront ne supportera plus aucun égoïsme, ne tolèrera plus aucun caprice. L'appropriation et la compétition sont toxiques. La survie est une entraide fondamentale de toutes les forces naturelles en présence. 

 

Et si cet état de grâce n'advient pas, le seul salut possible sera que les femmes se mettent en grève créatrice: qu'elle ne donnent plus naissance à aucun enfant. 

 

Car l'extinction de l'espèce humaine sauvera au moins une partie de la vie animale, végétale et minérale sur terre. 

 

La Piraterie n'a de sens que dans l'avènement du féminin. Elle sera matriarcale ou ne sera pas. 

 

 

 

 

Ecouter ici ou jamais sur soundcloud

 

Les derniers cris

  

Ronds poings

 

 

 

 

 

Journal d'Istanbul

 

 

 

 

 

Piraterie

 

 

 

 

Icônes 

 

 

Maison du Partage

 

 

 

 

 

arythmie