Piraterie

 

 

Manifeste

 

Nous, peuple pirate, n'en voulons pas à la grande institution mondiale pour ses médiocrités solidaires, pour ses incompétences primées, pour ses cooptations héréditaires, pour sa mascarade démocratique. Nous n'en voulons à personne de jouer son rôle, du simple pion à la reine, sur le grand échiquier de la dynastie du pouvoir. Mais nous avons arrêté de jouer. Nous préférons nos errances inutiles aux divertissements idéologiques qui nous sont imposés. Nous avons pour moteur un crédit d’amour illimité, que rien ni personne ne peut empêcher d'irradier. Nous avons pour ressource l'improbable inventivité de la débrouille et un talent tout particulier pour les pirouettes. Nous avons pour destination un partage sans condition: donner sans rien attendre en retour. Et nous y allons gaiement. Nous ne cherchons pas à convaincre, ni à vaincre qui que ce soit. Nous n'avons de devoir qu’envers notre famille, de sang ou de coeur, et envers nos propres rêves. Les bons sentiments ne nous concernent plus. La condescendance ne nous atteint pas. Nous avons pris le parti de ne rien quémander aux guichets de banque, et de nous servir directement à la table du banquet. Nous rions d'être étiquetés, fichés, recensés, car nous ne gardons rien du passé, nous ne capitalisons aucune expérience, nous n'avons aucune prétention sur l’avenir, nous existons exclusivement ici et maintenant. Nous ne croyons pas aux programmes, aux projets, aux promesses. Nous brûlons chaque jour des trésors juste pour nous réchauffer les fesses. Nous inventons des prouesses pour les lancer au ciel et s'envoler ailleurs. Nous assumons être des chapardeurs opportunistes, des électrons libres incontrôlables, des apprentis-sorciers bordéliques. Nous optons absolument pour l’imposture, le kiff éperdu de chaque instant, l'urgence vitale de l'inconnu. Nous sommes multiples, nous sommes complexes, nous sommes riches d'avoir subi tant d'injustices. Nous sommes fiers d’être des oiseaux de passage, de ne jamais prendre racine nulle part, et pourtant de s’incruster partout. Nous sommes heureux de savoir que rien ne nous appartient, et que tout est toujours à la portée de nos mains. Nous réquisitionnons la liberté inconditionnelle, celle qui ignore les cadres, les dispositifs, les routes tracées, les faux compliments comme les sincères encouragements, celle qui jouit du déni, s'épanouit de l'indifférence, se fortifie de la malveillance. Nous jurons de poursuivre coûte que coûte notre grand voyage sur les chemins de traverse. Nous aspirons à instituer une vaste piraterie, au coeur du système. Une anomalie insaisissable et déterminée, qui agit comme un grain de sable dans les rouages d'une vieille machine. Nous, peuple pirate, fondons ainsi par constitution poétique notre empire de bouts de ficelles, notre matrie sans frontière, notre loi dissidente, et donnons asile et citoyenneté à tous les sages fous que ce monde a rejetés. 

 

 

 

Constitution poétique

Les fondamentaux pirates

 

 

Article zéro.

Etre certain de n'avoir aucune certitude.

 

 

Article 1er.

S'armer d'amour.

 

 

Article 2. 

Comme principale contrainte, ne se donner aucune restriction. 

 

 

Article 3. 

Savoir à l'avance qu'il va se passer ce qu'on n'a surtout pas prévu.  

 

 

Article 4. 

Occuper le territoire du nomadisme inconditionnel.

 

 

Article 5.

Devenir ce que l'on rêve d'être en vérité, et se créer tel que l'on s'imagine en secret.

 

 

Article 6. 

Encaisser le mépris, la jalousie, la calomnie et l'argent

dans le même compte en banque.

 

 

Article 7. 

Considérer le rejet, le harcèlement ou le déni comme des formes de reconnaissance. 

 

  

Article 8. 

Toujours s'en sortir par fulgurance. 

 

 

Article 9. 

Devant l'irrémédiable état de fait, (im)poser l'éternel Etat de Fête. 

 

 

 Article 10. 

Être fort de ses faiblesses offertes.

 

 

Article 11. 

Être insensible aux compliments et autres encouragements,

car la flatterie est un piège.

 

 

Article 12. 

Aimer ses ennemis comme des amis, car ils nous aident à agir.

 

 

Article 13.

Apprendre à pardonner ou opérer le subtil équilibre

entre prendre et donner.

 

 

Article 14. 

Choisir de se tromper. Se perdre est le seul moyen de se trouver.

 

 

Article 15. 

Abandonner toute illusion de gain.

Tout prendre et tout donner en pure perte.

 

 

Article 16. 

Se fabriquer des souvenirs légers à porter,

et des traumatismes prêts à refouler.

 

 

Article 17.

Déjouer l'inexorable, car le réel enfantera l'utopie.

 

 

Article 18. 

Douter en confiance.

 

 

Article 19.

Dépasser les limites infranchissables.

 

 

Article 20. 

N'avoir peur que de ses propres peurs.

 

 

Article 21.

Empoigner l'instant présent par les cheveux.

  

 

Article 22.

Vivre, à en mourir.

 

 

 

 

Appendice

(ou condition sine qua non à l'instauration de la piraterie)

 

Piraterie matriarcale

 

L'horizon de notre piraterie est un matriarcat absolu, comme seule suite possible à donner à l'entreprise de destruction de l'intelligence féminine opérée par les hommes. 

 

L'épuration génocidaire qu'ont subi les femmes est LA source de toutes les autres: ethniques, sociales, économiques, religieuses... Il appartient aux femmes de rétablir les équilibres naturels.

 

La terre est une mère célibataire, délaissée par des milliards de fils ingrats et d'enfants gâtés. Le temps est venu pour le gamin humain de devenir adulte et pour la mère bafouée de retrouver son statut de femme déesse. 

 

La sagesse adulte de l'humanité ne pourra s'exprimer que par l'éveil des femmes face aux hommes inconscients. 

 

L'empire d'amour qu'elles seules construiront ne supportera plus aucun égoïsme, ne tolèrera plus aucun caprice. L'appropriation et la compétition y seront bannies.

 

Et si cet état de grâce n'advient pas, le seul salut possible sera que les femmes se mettent en grève reproductive: qu'elle ne donnent plus naissance à aucun enfant. 

 

Car l'extinction de l'espèce humaine vaudra toujours mieux pour l'univers, pour la vie animale, végétale et minérale dont nous sommes une infime partie, que toute autre option fallacieuse de survie. 

 

La piraterie est donc par nature l'empire des femmes à l'avènement de l'humanité. 

 

 

 

 

Ecouter ici ou jamais sur soundcloud

 

Les derniers cris

  

Ronds poings

 

 

 

 

 

Journal d'Istanbul

 

 

 

 

 

Piraterie

 

 

 

 

Icônes 

 

 

Maison du Partage

 

 

 

 

 

arythmie