Aveu

Cher Monsieur,

 

en réponse à votre lettre, je vous confirme que personne ne m'a apporté conseil ou aide, personne. En effet, il n’y avait qu’un seul chemin. Comme vous l'avez prescrit, j'ai cherché en moi-même. J'ai exploré la raison qui me commande d'écrire; examiné si elle plonge ses racines au plus profond de mon coeur; et je me suis fait cet aveu : je mourrais s'il m'était interdit d'écrire. Ceci surtout : je me suis demandée à l'heure la plus silencieuse de ma nuit; me faut-il écrire ? J'ai creusé en moi-même à la recherche d'une réponse profonde. Et celle-ci était affirmative,"oui, il le faut", alors j'ai bati ma vie selon cette nécessité; ma vie, jusqu'en son heure la plus indifférente et la plus infime, est devenue le signe et le témoin de cette impulsion. Je me suis approchée de la nature. Puis j'ai essayé, comme un premier être humain, de dire ce que je voyais, ce que je vivais, aimais et perdais. Et même si j'ai sûrement écrit trop de poèmes d'amour, privilège de mon sexe, ma solitude s'étend pour devenir une demeure de douce lumière, loin de laquelle passe le bruit des autres.

 

                                                                      Réponse à Rainer Maria Rilke

                                                                         Lettre à un jeune poète

 

 

 

                                                                    fiction

 

 

 

                   Dio è morto, d'Andrea Satta

 

                                                                                         polysémie

 

 

                                               C.O.D.

 

 

  une heure, quelques années après

 

 

                            

                                dans le labyrinthe

 

                                                                              lapidaire

 

                           fable

 

Ecouter ici ou jamais sur soundcloud

 

Les derniers cris

  

Ronds poings

 

 

 

 

 

Journal d'Istanbul

 

 

 

 

 

Piraterie

 

 

 

 

Icônes 

 

 

Maison du Partage

 

 

 

 

 

arythmie